Now Reading
220 logements aux JTC2023 : Une Comédie Musicale sur l’ « Ivoirité » en Côte d’Ivoire

220 logements aux JTC2023 : Une Comédie Musicale sur l’ « Ivoirité » en Côte d’Ivoire

220 logements JTC2023 Comédie Musicale Ivoirité Côte d'Ivoire

En lice pour la compétition officielle des 24èmes Journées Théâtrales de Carthage (JTC, 2-9 décembre 2023), la pièce intitulée « 220 logements » de la Côte d’Ivoire se distingue comme une comédie musicale. La mise en scène est signée Sow Souleymane, et la production est assurée par la Fabrique culturelle.

Présentée pour la première fois sur le continent africain mardi soir à la salle Le Rio à Tunis, la pièce se caractérise par une scénographie originale. Elle repose sur des décors constitués de deux structures métalliques, une table, des chaises, et un rideau de fond noir.

« 220 logements » se présente comme une trilogie de 52 épisodes dépeignant les trente années les plus tumultueuses de l’histoire de la Côte d’Ivoire, le tout traité avec une touche d’humour. La première saison aborde la genèse de la crise ivoirienne (de 1990 à 2000), suivie des années de plomb (de 2000 à 2010), et enfin, la troisième saison se concentre sur le deuxième miracle économique du pays.

Cette comédie dramatique musicale d’une durée de 1h40 relate les péripéties de la vie de huit personnages résidant dans la cité emblématique des 220 logements à Abidjan. Ces personnages ont été témoins du basculement politique et social de la Côte d’Ivoire au rythme de la musique zouglou.

L’histoire est narrée à travers les perspectives variées du « vieux retraité coureur de jupon », du « tenancier de bar au courant de tout », de « la femme célibataire pinup du quartier », du « fonctionnaire corrompu », ainsi que de « jeunes pleins de rêves et d’espoirs prêts à tout pour ne pas hypothéquer leur avenir ».

Brou Samuel Kondo Julien, comédien, chanteur et danseur, ainsi que Min Attia Kouakou, l’assistant du metteur en scène, tous deux diplômés de l’Institut supérieur des arts de l’action culturelle (INSAAC), ont partagé leurs impressions sur cette œuvre et les conditions de sa production lors d’une entrevue avec la TAP à l’issue du spectacle.

Le titre « 220 logements » fait référence à une cité en Côte d’Ivoire réservée exclusivement aux fonctionnaires de l’État, comme l’a expliqué l’artiste Brou Samuel Kondo Julien, un pédagogue certifié en enseignement d’art dramatique.

La pièce est produite par La Fabrique culturelle, dirigée par Chantal Djédjé, l’auteure de la pièce. Dans cette création, elle revisite trente ans d’histoire en Côte d’Ivoire, mettant en lumière l’émergence de la crise qui a profondément bouleversé la situation d’un pays autrefois paisible.

Le concept d’ivoirité, abordé dans la pièce, a été introduit par le président Henri Konan Bédié lors de son accession au pouvoir en 1993, comme l’a expliqué le comédien. Cette notion trouve ses racines dans la revendication d’une Afrique authentique dans les années 70, mais elle a pris une tournure conflictuelle lors des troubles politiques qui ont suivi la mort de Félix-Houphouët-Boigny, le père fondateur de la nation, après trente ans de règne.

L’ivoirité stipulait qu’une personne ne serait considérée comme ivoirienne que si ses quatre parents étaient nés en Côte d’Ivoire. Cependant, ce concept s’est révélé dévastateur en raison de son instrumentalisation à des fins politiques, excluant ainsi les opposants politiques non-ivoiriens et de nombreux immigrants d’origine sahélienne installés dans le pays depuis l’époque coloniale.

Le comédien, représentant toute l’équipe de « 220 logements » (le réalisateur et l’auteure de la pièce étant absents), a souligné que le concept d’ivoirité « a été mal compris, ce qui a engendré des tensions et des conflits dans le pays ». En réalité, l’objectif était d’encourager la consommation de produits ivoiriens et de susciter une révolution culturelle en Côte d’Ivoire.

Dans sa présentation de la situation générale du pays au cours des 30 dernières années, le comédien a rappelé que de 1990 à 1999, la Côte d’Ivoire a connu une révolution qui a bouleversé la situation sur les plans économique, culturel et politique, une crise qui s’est intensifiée au cours de la décennie suivante, de 2000 à 2010. De 2010 à 2020, une renaissance s’est manifestée à tous les niveaux, notamment sur le plan culturel avec le retour de secteurs tels que le théâtre, pratiquement disparu pendant les années de crise, et la réouverture des salles de cinéma.

Le comédien souligne « une volonté politique, même si elle n’est pas suffisamment tangible dans tous les secteurs, et l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes qui gagnent en importance dans le pays ». Il évoque « un déclic qui a émergé dans la conscience générale, ce qu’on appelle le Nouvel Ivoirien, profondément engagé dans les notions de paix et de cohésion ». Il qualifie cela comme « une idéologie émergente visant à réaliser l’évolution » à laquelle le peuple aspire.

See Also
Échange délégations Éthiopie explore expertise Tunisienne soutien start-ups

Min Attia Kouakou, l’assistant du metteur en scène, a partagé des insights sur les conditions de production de ce spectacle, produit de décembre 2021 à mai 2022 par La Fabrique culturelle, une association culturelle promouvant la pratique artistique et la diffusion de spectacles pluridisciplinaires à Abidjan. L’objectif était de « retracer cette période douloureuse de l’histoire de la Côte d’Ivoire sans tomber dans la dénonciation ou la prise de parti ».

Il a rejoint la Fabrique culturelle en tant que médiateur culturel en 2021. Après avoir rencontré la directrice de la Fabrique, Chantal Djédjé, l’auteure de la pièce, et le metteur en scène, Sow Souleymane, il a été chargé de la production du spectacle « 220 logements » épisode 1, au cours duquel il a assisté à la création. En avril 2023, il a été impliqué dans la production de l’épisode 2.

En 2022, la pièce « 220 logements », composée d’un casting de comédiens professionnels, d’une danseuse professionnelle et d’une chanteuse, a participé au Marché des arts du spectacle d’Abidjan (MASA), en dehors de la sélection officielle. Le MASA est un programme international de développement culturel des arts du spectacle africain. En dehors de la Côte d’Ivoire, la pièce est jouée pour la première fois aux Journées théâtrales de Carthage 2023 (JTC2023).

 

 

 

Scroll To Top