Now Reading
Nos ancêtres disent : « الدوام ينقب الرخام », histoire autour d’une expression !

Nos ancêtres disent : « الدوام ينقب الرخام », histoire autour d’une expression !

Vous avez sans doute entendu un jour l’adage tiré du dialecte tunisien qui dit « الدوام ينقب الرخام » dont la

traduction littérale en français serait : « Assiduité et constance, use le marbre.» L’anecdote derrière cette histoire est plutôt intéressante à divulguer.

On raconte que dans un village, se trouvait un grand chemin artère, qui mène vers le marché et l’hôpital de la région. Une

route empruntée par tous les villageois au quotidien. Chaque jour, les habitués du marché et les agriculteurs fusent de partout et

prennent la route vers leur destination. Ce chemin a une particularité, ou plutôt un obstacle qui empêchait bon nombre de baroudeurs de marcher correctement, un grand rocher, lourd et indélogeable ! Mille et une tentatives ont été entreprises par les villageois afin de déplacer le rocher. Un téméraire parmi eux décide de persévérer, cent coups de pioche mais rien !

Le fou du village arrive, il décide de s’y prendre à son tour. On riait de lui en pensant que ce dernier est un incapable. D’un coup

de pioche il fissurait le rocher, le brise en deux et le déplace enfin !

Abasourdis, les villageois lui demandèrent comment a-t-il fait ?

Il répondit que si son voisin n’avait pas entrepris un effort conséquent, son centième coup de pioche n’aurait pas été efficace car « الدوام ينقب الرخام » .

Son équivalent en langue française « au long aller la lime use le fer » ou encore un proverbe grec « l’eau tombant goutte à

See Also
Accord Novateur GIZ Tunisie Enda Tamweel Annoncent Partenariat Révolutionnaire

goutte, enfin creuse la pierre ».

Cela me rappelle que lors de mon passage devant nos anciennes demeures traditionnelles à la médina ou encore au village perché de Sidi Bou Said, je remarquais la présence de puits anciens souvent « localisés » à l’entrée d’une maison. Ce puit était généralement destiné au passagers assoiffés et dont le marbre qui l’entourait portait des marques longitudinales dont j’ignorais l’origine pensant que c’était son design. Mon père rectifie le tire et m’explique que ces traces représentaient celles de la corde qui servait pour tirer le sceau rempli d’eau. À force de frotter la corde contre le marbre, cela finissait par le creuser. « الدوام ينقب الرخام »

en effet !

 

Scroll To Top